chb_oublRobert Sutton tient depuis 40 ans un pressing dans un quartier sud de Londres ; il va le vendre à Akeel Khan (et à sa femme Rubeina), d'origine pakistanaise ; c'est l'occasion pour chacun d'eux de découvrir le mode de vie et les habitudes de l'autre. Mais loin d'un huis clos, ce livre fait se rencontrer bien d'autres personnages qui fréquentent la teinturerie ou l'observent : les deux clochards "philosophes" Dan et Charlie, le poète du bus 345, Helen la jeune fille au pair australienne amoureuse de son employeur, Marylin l'infirmière, Stefan homosexuel bien dans sa peau... Toutes les vies du quartier s'entrecroisent ; et quand Akeel va devoir écrire un discours de mariage pour son cousin, Robert lui ouvrira la porte de "la chambre des vies oubliées" dans les poches des clients.

C'est un livre très agréable à lire, plutôt bien écrit ; au rythme calme mais pas lent. L'étude de chaque personnage a été fouillée, sans que cela ne pèse jamais ; belle chronique d'un quartier multiethnique et de ses habitants.

Première phrase : " L'hiver. Lundi matin. Un canapé perpendiculaire à la rue empiète sur un tiers du trottoir, et les passants le contournent, les uns se hâtant pour attraper le bus, les autres le train. "