Ce livre est un régal, la très belle histoire d'une jeune femme du XIXème siècle, à la fois réservée et volontaire, sage et aventureuse !

fugitive


Honor Bright est anglaise et quaker - les Quakers sont ces gens étranges voués au silence et à la prière, qui ne jurent pas, ne mentent pas et ne boivent pas d'alcool - , elle vit à Bridport et a une vingtaine d'années en 1850.
Dès le début, le récit est placé sous le signe du patchwork, principale occupation des femmes quakers qui fabriquent ainsi courtepointes et autres quilts. Après que son fiancé Samuel l'ait quittée pour une autre jeune femme n'appartenant pas aux Quakers - il sera pour cela renié par la communauté - elle décide de partir en Amérique accompagner sa soeur qui part se marier avec un émigré de Bridport, Adam Cox, qui a fondé avec son frère Matthiew une boutique de drapier à Oberlin (Ohio) tout près du lac Erié, non loin du Canada. Après une terrible traversée, Honor qui arrive seule, sa soeur étant décédée de la fièvre jaune, a du mal à trouver sa place entre son ex-futur-beau-frère Adam et Abigail, la femme de Matthiew qui vient de mourir de consomption.
Honor s'apperçoit vite qu'elle est sur la route du "chemin de fer clandestin", filière de routes secrètes d'évasion des esclaves...

Des personnages originaux, au caractère fort, peuplent cette histoire : il y a ce chasseur d'esclave, Donovan, tout ce que déteste Honor et pourtant ils auraient pu se plaire ; il y a Belle Mills, modiste à Wellington, ville voisine, qui accueille Honor, l'héberge et lui donne du travail ; Jack qui deviendra son mari et sa terrible mère Judith... Honor écrit de longues lettres à ses parents restés en Angleterre et à Biddy, son amie d'enfance ; elle leur raconte sa nouvelle vie, cette vie où tout ou presque est à inventer dans ce pays neuf et immense.
C'est un livre très agréable à découvrir, qui nous apprend plein de choses sur les Quakers et les esclaves en fuite ; passionnant, d'une grande humanité, on le dévore rapidement et on en garde un très bon souvenir. Décidément Tracy Chevalier est une auteure à suivre !

Premières phrases : " Elle ne pouvait pas revenir en arrière. Quand Honor Bright avait brusquement annoncé à sa famille qu'elle allait accompagner sa soeur Grace en Amérique - quand elle avait trié ses objets personnels, ne gardant que le nécessaire, quand elle avait fait don de tous ses patchworks, quand elle avait dit au revoir à ses oncles et tantes, et embrassé ses cousins et cousines et ses neveux et nièces, quand elle était montée dans le coche qui allait les arracher à Bridport, quand Grace et elle s'étaient donné le bras pour gravir la passerelle du bateau à Bristol - tous ces gestes, elle les avait effectués en se disant en son for intérieur : je pourrai toujours revenir."