51uNCyKERzLUn sujet grave mais un texte lumineux ! Un roman assez court, une belle langue parfois un peu populaire, et une histoire qui donne beaucoup à réfléchir...
L'héroïne, Léonore, ne s'est jamais vraiment remise de la disparition de son premier amour ; elle avait quinze ans et José en avait dix-neuf. C'était un fils de famille portugaise immigrée en France dans les années soixante et petit à petit Carole Fives nous racontera et l'histoire de cette famille, et celle de Léonore.
Vingt-cinq ans après, Léonore ressent le besoin d'aller au Portugal pour essayer de retrouver José ; elle s'est sentie coupable à l'époque et il lui faut "refermer les portes du passé" comme le dira un membre de la famille. Elle doit aussi sans doute se délivrer d'une relation malencontreuse et peut être (re)commencer autre chose ; de toute façon, remonter le temps, se libérer du poids qui l'empêche de faire sa vie.

C'est vif, intelligent, sensible, avec des accents comiques par moments et une profondeur réelle ; une réussite !

Extrait (p 49) : " Ce soir Jef parle de la langue, celle que nous partageons tous, de sa difficulté à inventer une parole qui s'affranchisse des clichés, des lieux communs. Je ne suis pas d'accord avec lui, pour moi ce sont justement les clichés, les banalités que nous répétons tous qui sont intéressants, parce qu'ils parlent de nous, de nos impossibilités, de nos empêchements."