51WBs3Ddj3LComment retrouver sa dignité et l'estime de soi quand elles ont été - presque - détruites ?
C'est la question que s'est posée Maria Salaün après qu'on lui ait rasé sa magnifique chevelure rousse ; nous sommes à la fin de la seconde guerre mondiale, à Saint-Brieuc et la jeune femme est unaninement condamnée pour avoir fait de "la collaboration horizontale". Mais Maria ne baisse ni la tête, ni les bras ; elle sait, elle, qu'elle aimait et qu'elle était aimée et qu'elle a vécu une histoire magnifique ! De quel droit son ancien ami d'enfance, celui dont elle n'avait pas voulu comme amoureux, est-il venu soi-disant la punir ? De quel droit les passants hurlent-ils "trainée", "putain", salope" ?
Considérant qu'elle n'a rien à se reprocher parce qu'elle n'a fait de mal à personne et que ses actes n'ont entraîné aucun problème à autrui, elle va rechercher ceux et celles qu'elle estime responsables de son humiliation (6 en tout) et les regarder en face, attendant des excuses... Heureusement, elle trouvera un peu d'aide sur sa route, des gens droits et sensibles, qui comprendront et la soutiendront.
Fille de restaurateur, elle a été tondue sur une chaise numéro 14, une "chaise de bistrot" constituée de six pièces de bois et de huit vis ; elle emmènera sa chaise dans sa quête de retour à la respectabilité.
Une jeune femme forte qui prend son destin en main et qui permet à l'auteure de revenir sur une page d'histoire de France peu glorieuse et d'exposer son point de vue original sur le sujet.

Extrait (p 214) : " ... Rousse. Flamboyante. Assortie à l'automne. C'est pourquoi Maria Salaün envisagea sa quatrième sortie l'après-midi même. Une préparation psychologique expresse s'imposait. Il lui fallait d'abord faire le vide dans sa tête pour parvenir au degré zéro de conscience. Ce travail en amont lui permettrait, le moment venu, et si les circonstances le nécessitaient, de s'abstraire d'une partie de la réalité. D'un côté, elle se préparait à remplir, sans faiblir, sa mission : sortir et marcher dans la rue jusqu'à son terme, soutenir du regard celui ou celle à qui elle venait réclamer des excuses ; de l'autre, elle s'habituait à nier la présence des passants qui n'étaient pas directement concernés par sa démarche. Aussi badauds, curieux et médisants n'étaient-ils plus que des ombres évoluant dans des couloirs parallèles."