5114ykLgd2LPrix France-Québec 2017

A l'intérieur d'une grande demeure abandonnée, pendant un long hiver canadien, deux hommes se retrouvent ensemble pour un tête à tête involontaire qui sera tantôt amical, tantôt guerrier.
L'un des deux est un vieil homme qui a voulu faire une virée en voiture, sa femme très aimée perdant la tête dans un hôpital ; l'autre homme, plus jeune, revenait dans son village de naissance quand il fut victime d'un très grave accident de voiture.

Quand le récit commence, le jeune qui a eu les jambes broyées, est entièrement dépendant des soins apportés par le vieux Matthias ; il a un peu perdu la notion du temps et se retrouve prisonnier avec lui de l'épaisse couche de neige et d'une gigantesque panne d'électricité dont nous ne sauront rien, si ce n'est que dehors, en ville, c'est le chaos.
Nous ne saurons pas grand-chose non plus de ce retour au village ; pas de nouvelle pendant dix ans, un passé enterré - il était mécanicien avec son père - problèmes familiaux ?

Un huis-clos avec peu de visiteurs : l'amie d'enfance devenue vétérinaire qui en l'absence de médecin donnera les premiers soins, quelques oncles et tantes, un pharmacien, un vigile.Tous vont disparaître assez vite malgré le manque d'essence pour fuir l'isolement et retrouver le monde.
Contre la promesse de faire partie du premier convoi qui partira au printemps, de vivres et de bois de chauffage, le vieil homme a accepté de s'occuper de l'accidenté...

Le personnage principal ici, est la neige, ou plus exactement la grande maison sous la neige ; les deux êtres humains ne sont que des personnages secondaires, indispensables au récit bien sûr - c'est quand même sur eux que l'histoire repose - mais qui sont ballottés au gré de la douleur et de l'incapacité physique pour l'un, de ses sentiments, rage et peurs pour l'autre.

C'est le jeune blessé qui raconte : la douleur, la perte de repères puis la très longue convalescence au gré des discussions avec Matthias, de leurs disputes ; les souvenirs et le quotidien difficile, l'amour - haine qui lie les deux hommes, la méfiance aussi. Mais quand des dangers se profileront, seront-ils capables de s'entraider ? D'être là l'un pour l'autre ?

Un très beau livre, humain et dur à la fois, plein de paysages magnifiques et grandioses mais aussi d'une atmosphère oppressante ; une écriture puissante et précise qui révèle la poésie du réel.
Véritable "traversée de l'hiver" d'après son auteur, ce récit nous place dans un contexte de survie et de tension presque palpable, alors que dehors, dans les grands espaces nord-américains, la Nature règne en maître.

Lorsque rien ne se passe, tout peu arriver ! dit l'auteur de son petit air malicieux.

Premières phrases : " La neige règne sans partage. Elle domine le paysage, elle écrase les montagnes. Les arbres s'inclinent, ploient vers le sol, courbent l'échine. Il n'y a que les grandes épinettes qui refusent de plier. Elles encaissent, droites et noires. Elles marquent la fin du village, le début de la forêt.
Près de ma fenêtre, des oiseaux vont et viennent, se querellent et picorent. De temps à autre, l'un d'eux observe la tranquilité de la maison d'un air inquiet.
Sur le cadre extérieur, une fine branche écorcée a été fixée à l'horizontale, en guise de baromètre. Si elle pointe vers le haut, le temps sera clair et sec ; si elle pointe vers le bas, il va neiger. Pour l'instant le temps est incertain, la branche est en plein milieu de sa trajectoire."

 

Logo_quebec_2018