61VHAnM40HL

Coup de coeur ! ❤️

Josie est partie sur un coup de tête, avec ses deux enfants de huit et cinq ans, fuyant l'Ohio, Carl un mari pas du tout à la hauteur, un procès injuste (elle était dentiste et n'a soi-disant pas vu un cancer chez une patiente) et quelques remords, en particulier en ce qui concerne le jeune Jeremy qu'elle pense avoir envoyé à la mort...

Sait-elle alors ce qu'elle cherche ? Une autre vie plus voulue, moins subie, plus libre ? Ou ne fait-elle que fuir un quotidien devenu insupportable ?

Elle achète un grand camping-car, le "château", met ses enfants, des provisions et de l'argent à l'intérieur, et part en Alaska, première étape Anchorage ; elle a un point de chute, une sorte de demi-soeur dit-elle à ses enfants, qui vont se découvrir une "autre mère" que celle qu'ils connaissaient.
Puis ils iront toujours plus loin, poussés par des feux de forêt et la peur de Josie d'être poursuivie par Carl ; et son passé, assez douloureux, peut-il la rattrapper ?

Ce livre a tout pour séduire son lecteur, sa lectrice : l'intéressant chemin progressif réalisé par chacun des trois individus, et leur évolution au contact de la nature ; l'amour éclatant que Josie porte à ses enfants avec un soin attentif porté à leur proposer une autre vie, plus libre et moins déterminée à l'avance. C'est à la fois de l'imprévu qu'elle cherche pour sa famille - l'essentiel pour elle est que ses enfants grandissent sans entraves, qu'ils apprennent à faire des choix et surtout qu'ils soient courageux - et une existence différente, originale, épanouissante.
Ce n'est pas une famille "sécurité à tout prix", c'est un groupe qui prend des risques mais cadrés et formateurs.

Réussira-t'elle malgré les difficultés rencontrées ?

Un livre passionnant et enrichissant, un texte bien écrit et original, des idées nouvelles et intéressantes ; une très belle lecture !

Extrait p 167 : "Était-on fou de rester n'importe où ? Les sédentaires étaient soit le sel de la terre, la raison pour laquelle il y a des familles, des communautés, et la continuité de la culture et du pays, soit ils étaient tout bonnement des imbéciles. Nous changeons ! Nous changeons ! Et la vertu n'est pas l'apanage de l'immuable. On peut changer d'avis ou de cadre et garder son intégrité. On peut partir sans devenir un déserteur, un fantôme."

p 322 : "Ils grandissaient de façon merveilleuse, devenaient indépendants et, oubliant toutes les préoccupations matérielles, s'éveillaient à la lumière et à la terre, se souciant plus du mouvement de la rivière, que de tout objet achetable ou d'un ragot d'école. Elle était fière d'eux..."