71QsIDwfPxL

J'aimerais que les avions de l'armée canadienne servent, plutôt qu'aux desseins américains, à parcourir notre espace vital pour dénombrer les survivants. Bon sang, faites au moins un inventaire faunique avant de décider de lever les quotas de piégeage de nos beautés boréales ! Combien en reste-t-il, de renards arctiques ? Puis à quel parallèle s'arrêtent véritablement les coupes à blanc ? Autre question : pourquoi est-il plus important de traverser l'Atlantique en avions de guerre que d'installer l'électricité dans les réserves indiennes une fois pour toutes ?..." (p 127)

Magnifique livre qui crie la révolte d'une agente de protection de la faune du Comté de Kamouraska (au nord est de Québec) contre les braconniers qui saccagent la faune de la forêt boréale et les coupeurs d'arbres qui laissent des sols nus après leur passage ; et pourtant, elle est si belle cette forêt et peut offrir à l'être humain bien autre chose que des peaux et du bois...

Les sauvagines, ce sont les peaux des mammifères tués pour quelques dollars ; alors que les trappeurs, d'après l'auteure, savaient conserver un équilibre, pas trop de bêtes capturées et pas dans la même zone, certains actuellement chercheraient quasiment à éliminer des espèces, les coyotes à la mauvaise réputation par exemple...
Ne pas se fier à l'idée que la forêt boréale est tellement immense qu'elle résistera bien à ces "prélèvements" ; comment supporter que tuer des animaux, souvent avec cruauté (pièges à dents, collets étrangleurs), soit un "sport" pour certains, un amusement sans contrôle, et qu'ainsi les équilibres naturels des écosystèmes soient mis à mal ?

Il est dédié aux coyotes, ce récit superbe qui est une ode à la Nature avec un grand N, aux animaux et aux arbres ; mais aussi à l'amitié et à l'amour, même si, même si, ...parfois, la tentation est grande d'être dégoûté du genre humain ou au moins de certains de ses représentants.

C'est un livre fort, bien écrit, qui se lit d'un traite, qui informe sur des situations assez dramatiques mais qui fait au fond beaucoup de bien à tous.tes ceux.celles qui sont inquiets du devenir de la faune et de la flore (quelque soit le pays ou la région...) et qui doutent de la bonne volonté de l'être humain de conserver sa beauté à notre planète.

Livre lu dans le cadre du challenge Québec en novembre

 

Capture_d__cran_2020_11_18___10