Les 2 bouquineuses ont aimé

22 août 2017

"La danse des grand-mères" de Clarissa Pinkola Estés * * * * (Ed. Le Livre de Poche ; 2016)

51mM4idWTYL Extrait (p13) : " Si tu es venue me voir, c'est peut-être parce que tu souhaites vivre de manière à connaître le bonheur d' "être jeune dans la vieillesse et vieille dans la jeunesse " comme je le dis, c'est-à-dire à avoir en toi un bel ensemble de paradoxes maintenus dans un équilibre parfait. N'oublie pas que le terme paradoxe est à prendre au sens d'idée contraire au sens commun. Cela s'applique à la grand-mère, la gran madre, la plus grande des femmes, car elle est en train de devenir une femme sage, qui assure la cohésion des capacités de la psyché profonde, illogiques en apparence, mais fondamentalement empreintes de grandeur."

L'auteure de l'inoubliable et magnifique "Femmes qui courent avec les loups" nous livre ici un récit plus court essentiellement axé sur les femmes qui atteignent la maturité ; celles-ci "doivent" - au sens "ont une tâche à accomplir" - vivre pleinement, vivre à fond chaque jour. Comme lui disait sa grand-mère "quand une personne vit pleinement, les autres en font autant."

Il y a beaucoup, dans les contes et les mythes, de duos jeune femme et aïeule ; d'après Clarissa Pinkola Estés elles symbolisent à elles deux ce que possède chaque femme : une âme d'un âge immémorial (force, raison...) et un esprit d'une éternelle jeunesse (curiosité, créativité...), ce qu'elle appelle être jeune dans la vieillesse et vieille dans la jeunesse.

Comparant la femme et l'arbre, l'auteure assure qu'au niveau des racines, il y a une étincelle d'or, une source mystérieuse et sage chez les femmes qui loin de se laisser abattre face à une "perspective prometteuse mais intimidante" vont se demander quelle énergie dois-je rassembler pour pouvoir y arriver ? (et non pas se dire je n'y arriverai jamais...).
Et de nous raconter des histoires extraordinaires de grand-mères de toute sorte, de la vieille Anna atteinte d'une forte fièvre qui voulait que la neige la soigne, des vieilles femmes de sa famille venues d'Europe centrale qui" l'ont empêchée de sombrer dans le néant d'une conformité soigneusement cultivée" jusqu'à celles qui dansaient pour essayer de tuer le nouveau marié.

Un livre superbe, d'une grande richesse, - dont l'auteur nous appelle "ma chérie - qui encourage les femmes quel qu'elles soient à grandir en sagesse bien sûr, mais surtout à vivre courageusement, joyeusement, audacieusement ; vivre à fond pour donner l'exemple et le bonheur.

Extraits :  (p 28)  " Dans la forêt qui est en toi, une femme grande entre toutes t'attend depuis toujours devant le plus grand des feux..."
(p 58) "Quels que soient les dévastations subies, les coups portés à leur écorce jusqu'au coeur, les grand-mères n'en démordent pas : l'amour, l'amour profond, est le plus grand des guérisseurs, le but suprême, le meilleur engrais de l'âme."

 

 

Posté par claire jeanne à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 août 2017

"La fin de Mame Baby" de Gaël Octavia * * * * (Ed. Gallimard ; 2017)

41_JBjIoMlL

Merci à Babelio et aux éditions Gallimard

Un premier roman très étonnant ! Original et bien écrit, ce livre de l'auteure de pièces de théâtre antillaise Gaël Octavia est très prenant ; une sorte de suspens est habilement entretenu tout le long du récit qui fait qu'on ne le lâche pas et qu'on tourne les pages pour enfin comprendre... Mais en même temps, on se laisse imprégner par l'histoire, qui est à la fois celle du "Quartier" une toute petite ville mal batie où la violence règne, mais aussi celle de ses habitants, le personnage principal étant Mariette - en tout cas, c'est ce que l'on croit au départ.

Mariette donc, une femme vieillie avant l'âge par l'alcool et la tristesse, qui ne quitte guère son rocking-chair ; elle avait un fils, Pierre, un garçon très beau mais méchant et agressif qui terrorisait tout le monde et qui est mort à vingt ans dans une bagarre. Elle ne cesse depuis de ressasser ses souvenirs, de parler de ses deux maris et de son fils décédé il y a sept ans.
C'est Aline, l'infirmière de Mariette, qui raconte " Aline, c'est moi, l'infirmière libérale. Aline en blouse blanche. Parfois, Mariette m'appelle par mon prénom. Parfois non. La première fois qu'elle m'a vue, elle s'est écriée : une fille noire !..."
Avant Aline, il y avait Suzanne, la "petite Blanche", qui avait été la petite amie de Pierre mais que Mariette n'avait pas semblé reconnaître ; elles pleuraient ensemble, parlaient beaucoup et buvaient. Et puis Suzanne a disparu et maintenant c'est Aline qui s'occupe de Mariette... Jusqu'à ce que nous soit révélé, à côté du cadre avec la photo de Pierre, un emplacement plus blanc que le reste du mur. Mariette aurait-elle eu un autre enfant ? Mais elle dit qu'elle n'a jamais eu d'enfant...

Dans cette cité où il y a nombre de nationalité et couleurs de peau différentes, Mariette petite avait une amie d'école, Mame Baby, "la perle du Quartier", une gosse surdouée qui est toujours restée fidèle à son amitié avec Mariette et qui est revenue après de brillantes études, essayant de lutter contre la violence "Mame Baby est un rempart efficace à la violence, dit-on à l'Assemblée des Femmes. Quoique incapable d'empêcher la violence de frapper, elle a forgé les mots qui permettent d'en guérir. Sa parole est rapportée aux jeunes filles du Quartier qui en ont besoin, et celles-ci la rapportent à leur tour à d'autres femmes." Mame Baby, morte trop jeune, mais qui continue d'être tellement présente.

C'est tout un monde le Quartier, il y a aussi Léopold, le frère de Mariette un mauvais - très mauvais - garçon, basketteur génial, qui finalement a rencontré Jésus, s'est marié avec Rosie, est devenu pasteur et a maintenant quatre enfants ; Aline est également issue du Quartier, mais il y a sept ans, elle en est partie, on comprend qu'elle n'y avait plus sa place. Pourquoi est-elle revenue ? Que cherche-t-elle ? Qui est-elle vraiment ?

Religion, racisme, domination des garçons sur les filles, espoirs de jeunesse déçus sont les thèmes traités intelligemment dans ce récit qui reflète une forte personnalité et une façon très inédite de voir les choses.
Très intéressant !

Posté par claire jeanne à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

"La fin du chant" de Galsan Tschinag * * * * (Ed. Picquier poche ; 2015)

51mMrJXEPsLElle est dure la vie dans les grandes steppes de Mongolie, dure mais magnifique ! Le lecteur, fasciné, la découvre en suivant la vie de Schuumur et de sa famille, une femme et quatre enfants, ainsi qu'une ancienne maîtresse.
L'auteur est un écrivain-poète habile qui sait nous entraîner dans cette existence essentiellement faite de nomadisme, dans un pays d'une beauté extraordinaire où les êtres humains vivent en pleine nature, dans des yourtes avec du bétail et des chiens mais aussi des chevaux et des dromadaires.
C'est une façon de vivre qui disparaît peu à peu et que G. Tschinag veut faire connaître ; il montre en fin de livre, après nous avoir entraînés dans des histoires très humaines se déroulant dans les hauts plateaux de l'Altaï, que les habitants actuels sont tiraillés entre le progrès, la modernité et des traditions ancestrales. La vie était rude, émaillée de guerres de territoires et de conflits brutaux entre peuplades ; mais c'était une vie libre, entre campements d'hiver et d'été, dans des paysages époustouflants, et entre gens qui se comprenaient.

Le "chant" est celui qu'émet Dombuk, la fille aînée de Schuumur ; une jument a eu un petit mort-né et un poulain a perdu sa mère, alors Dombuk chante et va essayer, avec l'aide de ses frères et soeurs, de les faire s'apprivoiser et s'adopter. Le chant poème de cette petite fille d'une dizaine d'années, mature et responsable après la mort de la mère, ponctue subtilement le récit et lui apporte à la fois force et légèreté.

Magnifique !

Extrait (p 182) : L'enfant voulait-elle devenir chamane elle-aussi ? Et pourquoi pas ? Le premier homme à avoir perçu le monde environnant comme un tout et reconnu la puissance qui l'habitait était un chaman, le chaman originel. Et chacun des êtres capables de se concevoir comme un infime fragment du tout, certes métamorphosé, mais susceptible de revenir tôt ou tard à son état premier, était un chaman. C'est cette perception du tout qui constituait l'essentiel. Tout le reste était sans importance..."

Posté par claire jeanne à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2017

"Histoire du lion Personne" de Stéphane Audeguy * * * (Ed. Seuil ; 2016)

41HK9DhhEJLPrix littéraire 30 millions d'amis ; Prix Wepler Fondation La Poste.

Une belle histoire, bien écrite, triste comme le sont souvent les belles histoires ! C'est celle d'un lionceau nommé Personne, car le jeune sénégalais Yacine qui l'a trouvé par hasard sur la route de Saint-Louis, était le meilleur élève du père Jean à la Mission où il étudiait et Yacine excellait particulièrement en mathématiques et en grec ; son épisode favori des aventures d'Ulysse étant celui où par ruse le héros échappe au cyclope, le jeune garçon décide de baptiser le petit lion du nom de Kena (ce qui signifie Personne).
C'est le début d'une vie d'aventures extraordinaires pour ce lion, d'abord en compagnie de son jeune maître qui découvre la ville et va travailler pour Jean-Gabriel Pelletan, le directeur de la Compagnie Royale du Sénégal, nous sommes en 1786 ; puis avec un petit chien, Hercule, qui restera son ami pour la vie. Le dénommé Pelletan gardera le lion jusqu'à son retour en France et celui-ci fut un des premiers fauves a pouvoir être observé par les sujets de Louis XVI.

Avec cette épopée léonine, S. Audeguy nous parle du Sénégal, à cette époque colonie de la France, elle-même assez mal en point en cette période révolutionnaire, ainsi que de l'esclavage, de la vie quotidienne en Afrique et en Europe ; mais c'est aussi l'occasion de réflexions bien menées sur le respect de la vie animale et l'intérêt éventuel des ménageries ou zoos pour la connaissance de la faune sauvage. C'est également pour l'auteur l'occasion d'évoquer le travail des naturalistes Buffon et Etienne Geoffroy de Saint-Hilaire et les débuts du Muséum d'Histoire Naturelle.

Un bon bouquin pour ceux qui aiment les bêtes... et les Hommes !

 Extraits (p 19) : " Le jour était levé maintenant. Yacine n'avait pas peur. Ou plutôt, et puisque le père Jean lui avait enseigné que l'homme courageux est celui qui, connaissant la peur, la surmonte, il avait décrété qu'il ne serait pas de ceux qui laissent un danger passablement improbable le traîner de-ci de-là par les cheveux. Yacine, s'enhardissant, sauta sur un tapis craquant de feuilles séchées, contourna l'énorme tronc, fit quelques pas dans la direction d'où lui avait semblé provenir ce bruit d'herbes froissées. Et quand enfin il en aperçut la source, il crut qu'il allait mourir là. Il ne s'agissait, certes, que d'un lionceau inoffensif, qui ne devait pas être vieux de plus de trois mois."

(p 175) : " Il y avait cependant à Versailles trois êtres profondément heureux. A la moindre éclaircie, Jean Dubois interrompait sa tâche quotidienne, enfilait le grand manteau doublé de peaux de lapin qu'il s'était confectionné lui-même et emmenait Personne en promenade, Hercule à ses basques. Ils quittaient la ménagerie, gagnaient le bras le plus large du Canal, marchaient en direction du couchant, vers cette perspective habilement ménagée qui donnait aux promeneurs l'impression que le jardin ne finirait jamais ; et souvent Personne se lançait dans des courses folles, dont il revenait pantelant et ravi."

Posté par claire jeanne à 09:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 août 2017

"Une vie après l'autre" de Kate Atkinson * * * * (Ed. Le Livre de Poche ; 2017)

51Kxs7uM3vL

Prix Costa (Costa book award) 2013

Qui est vraiment Ursula Todd ? La fille de Sylvie et Hugh Todd, leur troisième enfant, connaît une vie très particulière dès sa naissance mouvementée (février 1910). Est-elle morte avant d'être née ? Le médecin a-t-il pu arriver à temps - malgré la neige abondante - pour l'empêcher d'être étranglée par le cordon ombilical ?

Dès le début de son récit passionnant, l'auteure, qui a eu sans doute plusieurs ambitions en l'écrivant, montre que trois fois rien peuvent changer un destin ; elle a choisi une personnalité singulière, une de celles qui ont souvent une impression de "déjà-vu" et qui plusieurs fois dans sa vie, échappera - ou pas - à la mort.

C'est un texte original, étonnant, qui nous plonge dans une famille nombreuse installée dans "une félicité semi-rurale" en Angleterre ; Sylvie est une bonne mère, très aimante et un peu loufoque, et les remarques qu'elle se fait à elle-même en aparté sur ses enfants ou sur sa vie sont très drôles, ainsi que ses discussions avec Mrs Glover la cuisinière ou Bridget la servante, un humour très british !

Tant bien que mal, Ursula - la petite oursonne - grandira, peut être, et se mariera peut être ou pas selon quelques orientations ou choix qu'elle fera ou lui seront imposés ; si elle vit, elle arrivera à la seconde guerre mondiale soit en Angleterre comme aide volontaire lors des bombardements, soit en Allemagne mariée à un nazi.
Et a-t-elle pu ou aurait-elle pu tuer Hitler en 1930 ? Car Ursula pressent régulièrement ce qui va arriver, ce qui peut arriver, mais n'arrive pas toujours à se protéger ou à protéger les autres ; par exemple, est-elle capable de faire "revenir" son frère très aimé dont l'avion a été abattu à la fin de la guerre ?

Sur une très bonne idée et avec son écriture de conteuse, Kate Atkinson nous livre ici l'histoire fascinante des différentes vies possibles d'un même personnage. Brillant !

Extrait (p 19) : "Une fille, Dr Fellowes ? Je peux la voir ? Oui, Mrs Todd, un beau bébé bien dodu". Sylvie se dit que le Dr Fellowes en rajoutait peut-être avec ses allitérations. Il n'était pas porté à la bonhomie dans le meilleur des cas. La santé de ses patients, surtout leurs entrées en scène et leurs sorties, semblaient avoir le don de l'agacer. "Elle serait morte étranglée par son cordon. Je suis arrivée juste à temps. Il s'en est fallu d'un clic."

 

Posté par claire jeanne à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 août 2017

"Secret de famille" de Irène Frain * * * (Ed. JC Lattes ; 1989)

s_l500 Prix RTL Grand public - Le prix des lecteurs 1989

Dans la série "(re)lectures de l'été" au hasard des (re)découvertes, en voilà une qui permet de passer un très bon moment !

Il aurait pu y avoir un "s" à Secret, car enfin qui étaient les parents de Marthe ? Il ne reste d'eux que la photo d'une belle jeune femme dans un triptyque violet et une montre frappée du monogramme T.W., l'ensemble datant des années 1870.
Et la suite de la vie de Marthe va elle aussi être propice aux secrets : une existence mouvementée pour une femme d'une beauté et d'un caractère exceptionnels, une battante qui toujours résiste et va de l'avant. Elle ne renonce jamais Marthe, elle a toujours eu l'air d'une reine depuis qu'elle est petite.
C'est donc sa vie qui est racontée ici, mais indissociable du lieu où elle est née, Rouvray dans le val de Loire.

Irène Frain met tout son talent à décrire la vie de province, et tout ce qui peut se dire, se murmurer, se répéter pour enfin construire une légende ; à cause d'une tempête de neige en plein mois de janvier et d'une voie ferrée coupée, la mère de Marthe l'a fait naître là où le train s'est arrêté puis est décédée... Education et scolarité au couvent des Ursulines, un premier grand amour en la personne de Rodolphe Montsacré duquel elle aura une fille, mariage avec le frère de Rodolphe dont elle aura un fils ; et donc entrée dans une riche famille de minotiers, mais pour se faire une vraie place et devenir la femme la plus puissante de la région, il lui faudra beaucoup lutter, même contre son propre fils...

Le tour de force de l'auteure est de raconter un destin extraordinaire tout en montrant que dans cette région, la vie des hommes dépend étroitement de celle du fleuve.

 

Posté par claire jeanne à 22:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

"La nuit du papillon d'or" de Tariq Ali * * * (Sabine Wespieser Editeur ; 2011)

41pC8gXIHJL

Ce livre est le dernier tome du "Quintet de l'Islam" et peut tout à fait se lire indépendamment des autres ; il donne simplement envie de découvrir l'ensemble de l'oeuvre de cet auteur contemporain, originaire de Lahore (Punjab, Pakistan).
L'histoire n'est pas facile à définir... on peut tenter cependant : un écrivain, le narrateur, Dara, raconte ses souvenirs de jeunesse ainsi que sa vie actuelle ; il vient d'être contacté par un ancien ami dénommé Platon, qui a fait beaucoup de métiers différents, de professeur de mathématiques à peintre de renommée internationnale, afin qu'il écrive "le livre de sa vie" ; c'est Zaynab, la femme dont Platon est amoureux, qui lui a demandé une double biographie illustrée par lui-même, relatant les faits marquants de leurs existences.
Dara hésite, mais il a une dette d'honneur vis à vis de Platon et leur amitié est une très ancienne : avec d'autres comme Zahid devenu ensuite chirurgien cardiaque à Washington, ils avaient constitué un cercle d'amis d'obédience communiste, discutant indéfiniment de la vie, de leur avenir, de poésie et de politique à leur table réservée au salon de thé Pak de Lahore.
Petit à petit, le lecteur, de façon non chronologique, un peu anarchique, va découvrir les histoires de ces personnages très originaux ; Platon, en particulier, qui dit souvent qu'il a soixante-quinze ans soit quatorze de plus que son pays natal et qui peint avant de mourir une grande fresque représentant les quatre cancers de son pays (les USA, les dictateurs,les mollahs) ; Zahid qui vit à Londres avec sa femme Jindié - c'est elle le papillon d'or - femme d'une extrême beauté, d'origine chinoise, dont Dara a été longtemps amoureux. L'autre femme, Zaynab, celle qui est actuellement aimée de Platon, fut "mariée au Coran" il y a longtemps par ses frères, tradition cruelle et féodale qui évitait la dispersion des terres d'une famille, puisque la jeune fille ne pourrait ni épouser un homme ni avoir d'enfants.
Le Pakistan n'est quasiment jamais nommé en tant que tel mais toujours désigné sous le vocable de "Terrepatrie" ; les sujets de l'auteur sont au fond la mise au jour des problèmes du Pakistan et l'idée à laquelle il tient beaucoup, que, peut être, les mondes chrétien et musulman ne sont pas si différents...

L'écriture est belle, soignée, souvent humoristique ; c'est celle d'un conteur doué puisqu'il nous transporte facilement dans d'autres pays et dans d'autres vies...

Premières phrases : " Il y a quarante-cinq ans, à l'époque où je vivais à Lahore, j'avais un ami plus âgé que moi nommé Platon qui me fit un jour une faveur. Dans un accès de générosité juvénile, je promis de la lui rendre avec intérêt si un jour, n'importe quand, il avait besoin de mon aide. Platon enseignait les mathématiques dans une école huppée mais il détestait certains de ses élèves, ceux qui d'après lui n'étaient là que pour apprendre les beaux-arts de la débauche. Et ce Platon-là étant du Penjab, il me demanda si je pourrais lui rembourser son aide avec des intérêts composés. Comme un idiot, j'ai accepté."

Posté par claire jeanne à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juillet 2017

"Les filles au lion" de Jessie Burton * * * * (Ed. Gallimard ; 2017)

41H4IRF_1TLComment fait-elle, Jessie Burton, pour capter notre attention aussi rapidement et nous captiver au point que nous ne lâchons plus son livre avant de l'avoir terminé ?

Dès leur début, les histoires alternées des deux jeunes filles Olive et Odelle sont pleines de promesses, et c'est sans doute ce qui rend le récit si attractif ! Olive, nous la découvrons dans le sud de l'Espagne, un petit village proche de Malaga, où elle vient de s'installer dans une maison, la finca, avec son père, Harold Schloss, marchand d'art, et sa mère, Sarah, une riche et belle oisive ; Olive a alors dix-neuf ans, nous sommes au tout début de l'année 1936. Un frère et une soeur qui habitent le village, Isaac et Teresa Robles, viennent se présenter, Teresa qui dit avoir dix-huit ans, servira de domestique et deviendra l'amie d'Olive ; on comprend qu'Isaac, qui par ailleurs est artiste peintre, est du côté des rouges, et s'occupe du syndicat des travailleurs.

Odelle, originaire de Trinidad, vit à Londres depuis quelques années ; en 1967, elle est embauchée comme secrétaire par Marjorie Quick, qui travaille au Skelton Art Institute, entreprise d'experts et de négociateurs en objets d'art. Odelle, qui rêve de devenir écrivain, fait la rencontre d'un certain Lawrence Scott qui vient d'hériter d'un tableau qui était en possession de sa mère depuis "toujours" et qui est signée Isaac Robles. Grâce à Odelle, il présente sa toile au Skelton et la peinture enthousiasme le dirigeant de l'Institut au point qu'une exposition sera organisée en son honneur. Mais Odelle se rend vite compte que Quick est bien agitée depuis qu'elle a vu ce tableau représentant "Rufina et le lion" et qu'elle pense que ce n'est Isaac Robles l'auteur du tableau. Odelle mène alors une véritable enquête, n'hésitant à fouiller dans les vies de Quick et de Lawrie Scott pour vérifier ses intuitions.

Un autre tour de force de l'auteure est de nous mener sur des pistes qui ne seront pas vraiment les bonnes ; à chaque fois que le lecteur pense avoir compris ce qui s'est passé en 1936 en Espagne entre les Schloss et les Robles, eh bien non, ce n'est pas cela !
De nombreux thèmes - passionnants - sont abordés tels l'Art "au féminin", l'Art pendant la guerre, l'origine de l'impulsion créatrice ; il y a aussi de belles histoires d'amour...

Loin d'être décevant par rapport à son "Miniaturiste", ce livre est aussi envoûtant et prenant que l'était le premier ; écriture entraînante, visuelle et surtout histoire intéressante, bien construite. Un très très bon moment de lecture !

Extrait (p 71) : " Au moment où il se retournait, Lawrie s'est levé et la moitié du papier d'emballage est tombée sur le sol. Reede s'est figé, les yeux fixés sur la partie visible du tableau, le lion doré. Il est à vous ? a-t-il demandé à Lawrie. Celui-ci a baissé les yeux et a ramassé le papier. Oui, a-t-il dit sur la défensive. Enfin... il était à ma mère. Maintenant il est à moi."

Posté par claire jeanne à 10:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
28 juin 2017

"Philida" de André Brink * * * * (Ed. Babel ; 2016, première édition 2012)

51zsXlA2gyLAndré Brink, écrivain sud-africain blanc engagé contre l'apartheid (1935 - 2015), auteur entre autres du prix Médicis étranger 1980 "Une saison blanche et sèche" raconte ici l'histoire de Philida, esclave attachée au domaine de ses ancêtres appelé Zandvliet, situé dans la région du Cap, où elle fut tricoteuse.
L'écrivain a découvert que son maître ou baas, Cornelis Brink, avait vendue Philida aux enchères alors qu'elle avait eu quatre enfants avec son propre fils, François Brink.

Plusieurs familles sont présentes dans le récit, mais c'est surtout des Brink dont on parle  ; le père autoritaire mais pas si mauvais, plutôt englué dans une époque et une éducation rigide ; la mère obèse, prisonnière elle aussi de son statut. Ce sont eux les véritables esclaves de cette société archaïque. Il y a aussi une vieille esclave, Petronella, qui avait été affranchie et possédait une pièce et des biens à elle ; c'est elle qui a éduqué Philida enfant, elle qui sait quelques bribes de son passé...

L'histoire commence en novembre 1832, soit un an avant la fin de l'esclavage en Afrique du Sud (1833 dans les colonies britaniques) ; l'esclave Philida raconte qu'elle s'est rendue au bureau du protecteur des esclaves de la petite ville de Stellenbosch pour déposer plainte contre son baas Frans qui lui avait promis de l'affranchir si elle couchait avec lui : "Il promet qu'il achètera ma liberté au landdrost. Au gouvernement. Mais maintenant au lieu d'acheter ma liberté, il veut partir loin de moi... On raconte qu'il veut marier une blanche. Pas une esclave ou une Khoe mais une de sa race. Alors maintenant il veut me vendre dans le nord du pays". (p 19)
Frans (François), le fils du maître, semble amoureux de l'esclave Philida ; mais bien sûr on n'épouse pas une esclave et son père ayant de graves soucis d'argent, il a promis lâchement d'épouser une demoiselle riche...
De découvertes en secrets de famille, de présentations des moeurs de l'époque (avec quelques horreurs...) en cheminement de Philida vers l'affranchissement, cette histoire est le récit de l'évolution d'une femme intelligente, déjà libre dans sa tête, si ce n'est dans son corps puisqu'elle va pieds nus : "De ça surtout je me rappelle : des souliers aux pieds. Ce qu'il dit sur les souliers, il promet dès le tout premier jour. Parce qu'il savait, comme moi je savais, comme tout le monde savait, que l'homme et la femme chaussés, ils peuvent pas être esclaves, ils sont libres : les souliers c'est signe qu'ils sont pas des poules ou des ânes ou des porcs ou des chiens, ils sont des gens." (p 26)

Kleinkat, la petite chatte, accompagne joliment le récit, symbole d'une certaine liberté mais aussi de la dépendance affective et matérielle dont il est difficile de se défaire...

Que penser des douleurs de l'esclavage quand on apprend que des femmes pouvaient tuer leur nouveau-né pour qu'il ne connaisse pas justement cet état ?

Un très beau récit, drôle et triste, qui contient quelques contes expliquant la vie, et qui a d'autant plus de profondeur et d'écho chez le lecteur, que c'est - reconstituée - une histoire vraie !

Posté par claire jeanne à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juin 2017

"Les métamorphoses" d'Ovide * * * * (Ed. GF-Flammarion)

51S0VHKY89LC'est un grand, grand, plaisir de (re)lire "Les métamorphoses" : un fond de culture que nous avons tous plus ou moins en tête, mais aussi un peu oublié. Le retrouver est un bonheur, une "madeleine de Proust".

Ovide, poète romain (- 43 ; + 17) a écrit, avec "Les métamorphoses", l'un des plus longs poèmes antiques qui nous soient parvenus ; dès les premiers vers, il déclare qu'il chantera les métamorphoses des corps depuis le commencement du monde jusqu'à son propre temps (l'avènement d'Auguste).

Dans cette oeuvre de grande ampleur, le poète qui affichait depuis son plus jeune âge un goût prononcé pour les lettres,  rassemble des mythes qui n'appartiennent à personne, qui font partie des traditions populaires et religieuses ; familier de la littérature grecque, il connaît assez bien la géographie du pays - qu'il a visité, tout en se renseignant sur les légendes locales et les cérémonies - et pourra donc y situer ses fables.
Son érudition lui permet de s'inspirer aussi bien de textes latins que grecs pour écrire des histoires édifiantes où le plus souvent, la vertu est récompensée et la déloyauté punie ; ces textes, qui présentent les humains comme soumis à la bienveillance ou à la colère des dieux, sont des témoignages formidables des connaissances, us et coutumes de l'époque, de la vie au temps où les maladies étaient des châtiments, de l'existence déjà de sentiments toujours déterminants comme l'amour, la jalousie, l'envie...

Si le début est très impressionnant : la création du monde, telle qu'elle était appréhendée à l'époque, le déluge et autres épisodes qui ne sont pas sans rappeler nos écrits judéo-chrétiens, beaucoup de personnages - et leurs histoires - nous sont connus et ont nourris tous les arts : Phaéton le fils du soleil (quel texte magnifique !), Io transformée en génisse, Narcisse et Echo, Persée et la méduse, la conquête de la Toison d'or par Jason, Dédale et Icare, Orphée et Eurydice, la guerre de Troie...

L'écriture est magnifique et l'envie de lire tout haut, voire de scander, très tentante !

( Seule réserve, il n'est pas toujours facile de savoir exactement de qui Ovide parle ; les notes en fin de livre sont indispensables mais hachent un peu la lecture.)

Premières phrases : LIVRE PREMIER... J'ai formé le dessein de conter les métamorphoses des êtres en des formes nouvelles. O dieux (car ces transformations furent, elles aussi, votre oeuvre), favorisez mon entreprise et guidez le déroulement ininterrompu de mon poème depuis l'origine même du monde jusqu'à ce temps qui est le mien.
LES ORIGINES DU MONDE  Avant qu'existassent la mer et la terre, et le ciel qui couvre l'univers, la nature sur toute l'étendue du monde, n'offrait qu'une apparence unique, ce qu'on avait appelé le Chaos, masse informe et confuse qui n'était encore rien que poids inerte, amas en un même tout de germes disparates des éléments des choses, sans liens entre eux."

 

Posté par claire jeanne à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]