pesteDans ce livre très agréable à lire, P. Deville nous raconte l'histoire d'un homme génial et original : Alexandre Yersin, jeune chercheur de la "bande à Pasteur", si curieux de tout, qu'il ne peut vivre enfermé dans un laboratoire. Avec une belle écriture et pas mal d'humour, et dans un "désordre chronologique" bien pensé, l'auteur nous fait découvrir le destin de cet homme hors du commun qui aurait pu être "nobelisé" si le prix avait existé quand il découvrit le bacille de la peste ; un homme qui voyagea beaucoup, choisit de vivre en Indochine où il installa un Institut Pasteur, entretint une correspondance fournie avec ses mère, soeur et collègues, surtout Roux et Calmette. Il se conduisit souvent plus en ingénieur qu'en chercheur, ou plutôt associa les deux activités dans une soif de connaissances peu commune.

Premières phrases : "La vieille main tavelée au pouce fendu écarte un voilage de pongé. Après la nuit d'insomnie, le vermeil de l'aube, la glorieuse cymbale. La chambre d'hôtel neige et or pâle."

Livre lu dans le cadre du challenge 1% rentrée littéraire 2012

logochallenge1_