iti Elle est vraiment belle et incroyable l'histoire de cette jeune Bê ! Au début du récit, Bê a douze ans ; elle vit avec sa mère dans le petit village de Rêu, et son père, militaire en poste au loin, n'est pas revenu depuis longtemps. Elle vit la vie normale d'une jeune vietnamienne, quelques années après la fin de la guerre ; mais on sent vite qu'elle a du caractère ; elle est souvent en colère, elle est rebelle mais elle est intelligente et sait aussi être aimante avec sa mère, certains de ses professeurs, ses ami(e)s. Elle devra quitter son école qu'elle apprécie tant, suite à une grave injustice ; c'est alors qu'elle pensera, ne sachant plus vers qui se tourner, à entreprendre la traversée d'un bonne partie de son pays pour rejoindre son père à la frontière avec la Chine. Avec sa grande amie Loan Graine-de-Jaquier, elles ont caché un peu d'argent sur la "petite île aux fleurs jaunes". C'est insuffisant pour ce long voyage, mais elles foncent, têtes baissées ; il leur arrivera de drôles d'aventures, elles feront de magnifiques rencontres, d'autres plus éprouvantes ; elles grandiront, se transformeront, apprendront ; de son propre aveu Duong Thu Huong a mis beaucoup d'elle-même dans son personnage de Bê. Dans ce pays où l'on croit aux sorcières qui enlèvent les enfants, aux démons, aux fantômes, elle s'aperçoit que beaucoup de superstitions sont nées de beaucoup d'ignorance... mais le Vietnam, ce sont aussi des paysages superbes et enchanteurs, très bien évoqués par l'écriture précise et poétique de l'auteur, un pays charmant où l'on appelle affectueusement oncle, tante, grand frère, grande soeur ceux que l'on apprécie. Dans ce livre passionnant, on découvre avec beaucoup de bonheur la jeune fille volontaire et fine, avide d'apprendre et de vivre pleinement qu'a dû être Duong Thu Huong dans ses jeunes années.

Premières phrases : "J'ai douze ans. Nous habitons le petit bourg de Rêu, ma mère et moi. On y trouve encore un quartier de maisons anciennes, toutes construites sur le même modèle : un bâtiment central soutenu par des colonnes de bois noir poli, quelques arbres fruitiers dans la cour et un grand jardin entouré d'un muret souvent envahi d'une mousse verte. De l'autre côté du chemin de fer s'étend le nouveau quartier composé de maisons récentes, construites sur un terrain vague qui servait, à l'époque de la résistance anticoloniale, de dépôt de briques cassées."

 

Livre lu dans le cadre du "Challenge Destination"

(Blog voyages et vagabondages)

destination_Vietnam