trop_de_bUn ensemble de nouvelles qui sont, chacune, un petit roman parfait ! Le livre doit son titre au dernier récit, qui est l'histoire d'une femme à la fois mathématicienne et romancière, Sophia Kovalevskaïa ; celle-là eut un destin hors du commun mais les héroïnes d'A. Munro sont souvent assez ordinaires. L'auteure raconte des femmes avec leurs soucis, leurs blessures, leur mal-être ; à un moment ou à un autre, une part de la vie leur échappe ; des hommes sont présents aussi, et l'auteur fouille également leurs sentiments profondément. Il y a l'histoire de l'épouse qui traverse toute la ville pour aller voir son mari en prison, mais ce qu'a fait cet homme est monstrueux et impardonnable ; il y a celle d'une prof de musique qui retrouve longtemps après une ancienne élève qui a écrit un livre sur son enfance ; une colocataire très bizarre ; un enfant turbulent qui tombe dans une faille ; chaque histoire est bien écrite, passionnante, avec une pointe d'inquiétude, parfois de cruauté et une touche de culpabilité. Deuils, difficultés relationnelles dans les familles, capacité de violence des enfants, coïncidences et tours que nous joue la vie, sont les thèmes de ce livre ; "petites gens, grands sentiments" ont résumé les donateurs du Prix Nobel pour expliquer leur choix.

Premières phrases : "Doree dut prendre deux autocars - l'un jusqu'à Kincardine, où elle attendit celui qui allait à London, où elle attendit cette fois le bus urbain qui conduisait à l'institution. Elle entreprit cette expédition un dimanche à neuf heures du matin. A cause de l'attente à chaque changement, elle mit six heures environ à parcourir les cent cinquante et quelques kilomètres."

 

Lecture commune Blogoclub

logo_blogoclub