long_weekC'est le fils, Henry, qui raconte l'histoire ; sa mère, Adèle, une ancienne danseuse, très belle femme encore assez jeune, a été quittée par son mari, le père d'Henri, qui depuis s'est remarié avec Marjorie et a eu un bébé avec elle. Henry voit son père le samedi soir à un "dîner familial" chez "Friendly". Au cours du livre, on connaitra mieux la vie d'Adèle qui reste maintenant presque recluse chez elle ; on saura l'origine de ses problèmes...

La mère et le fils, en prévision d'un épisode caniculaire et de la rentrée des classes vont faire quelques courses ; un homme aborde alors Henry, lui demandant de lui donner un coup de main. Il s'agit d'un prisonnier évadé, blessé, qui va passer le long week-end du "Labor Day" avec eux deux. Et toute leur vie en sera extraordinairement transformée...

Joyce Maynard sait raconter l'adolescence, ses tiraillements, ses décisions brutales, ses perplexités ; le récit qu'elle nous fait sonne vrai parce que le regard qu'Henry porte sur les autres adolescents et sur les adultes est décrit avec beaucoup de finesse et de réalisme. Un très bon moment de lecture.

Premières phrases : "Il n'est plus resté que nous deux, ma mère et moi, après le départ de mon père. Et il avait beau dire que je devais aussi considérer comme membres de ma famille le bébé qu'il venait d'avoir avec sa nouvelle femme, Marjorie, plus Richard, le fils de Marjorie, qui avait six mois de moins que moi et qui pourtant me dominait dans tous les sports, ma famille c'était ma mère, Adèle, et moi, point barre. Plutôt y admettre le hamster Joe que ce bébé, Chloe. "

(Adapté au cinéma sous le titre "Last Days of Summer")

 

Lecture commune Blogoclub

 

logo_blogoclub