41uRQ1xZRoLPrix René-Fallet & Coup de coeur des lycéens de Monaco 2012.

Premières phrases : " La photographie a fixé pour toujours trois silhouettes en plein soleil, deux hommes et une femme. Ils sont tout de blanc vêtus et tiennent une raquette à la main. La jeune femme se trouve au milieu : l'homme qui est à sa droite, assez grand, est penché vers elle, comme s'il était sur le point de lui dire quelque chose. Le deuxième homme, à sa gauche, se tient un peu en retrait, une jambe fléchie, et prend appui sur sa raquette, dans une posture humoristique à Charlie Chaplin. Tous trois ont l'air d'avoir environ trente ans... (N., Suisse, été 1971).

Hélène Hivert, archiviste au musée d'Histoire de la Carte Postale, a fait passer une petite annonce dans plusieurs quotidiens français et suisses pour chercher des informations relatives à sa mère biologique, Nathalie Hivert, la jeune femme de la photo ; celle-ci a disparu quand Hélène avait trois ans et son père, vite remarié, n'en parlait jamais.

Stéphane Crüsten, le fils de l'un des hommes de la photo, la contacte et se noue alors entre eux une longue relation épistolaire écrite, puis par courriels ; petit à petit ils se découvrent et surtout essaient de comprendre comment leurs parents se sont connus.

Peter/Pierre Crüsten était photographe à Genève, un homme distant, secret et le deuxième homme était Jean Pamiat, un camarade de Pierre Crüsten. Sur un portrait de son père, Stéphane trouve une inscription écrite en russe qui signifie "pour mon renard". Qui était "le renard" de Pierre Crüsten ? Sûrement pas sa femme, la mère de Stéphane... Les soupçons et inquiétudes naissent des deux côtés en ce qui concerne les relations chez leurs parents respectifs.

Le suspens est bien mené, peut-être un tout petit lent, mais Hélène et Stéphane construisent doucement leur relation parallèlement à leur enquête avec des craintes qui parfois les paralysent.

Une histoire d'incroyables secrets de famille, qui va les mener, trente-sept ans plus tard, à vivre eux aussi une incroyable histoire. Entre temps, ils auront compris qu'on n'est pas toujours maître de son destin, que les regrets et les remords peuvent être très lourds à porter, mais aussi que l'avenir peut être magnifique à ceux qui savent saisir leur chance.