718Zbges51L

Prix des lecteurs du Livre de Poche 2008

Aksel, le jeune narrateur, est-il en fait l'auteur ? Ce qui semble sûr, c'est que ce qui nous est raconté là a été vécu de l'intérieur, pas seulement imaginé... Jeune prodige norvégien du piano comme K. Bjørnstad, Aksel Vinding a seize ans quand l'histoire commence ; il s'est récemment produit un dramatique accident au cours duquel sa mère est morte. C'était elle la musicienne de la famille - elle chantait et écoutait de la musique à toutes les heures du jour et de la nuit  - et il essaie de suivre ce qu'elle aurait voulu, devenir un concertiste de grande valeur.

Le récit des aventures et pensées de ce tout jeune homme est prenant dès le début ; se lisant un peu comme un thriller - la tension et le suspens sont assez forts - le livre nous plonge dans un groupe de jeunes gens des années soixante, qui vivent essentiellement pour la musique mais qui n'en sont pas moins à une période de leur vie qui détermine leur avenir, relations entre garçons et filles comprises.

Dans la famille Vinding, il ne reste donc que le père et Cathrine, la soeur aînée ; elle a comme lui, laissé tombé l'école, mais personne n'arrive à savoir ce qu'elle fait de ses journées. Lui, Aksel travaille comme un fou en vue du grand Concours des Jeunes Pianistes d'Oslo ; il y a d'abord une épreuve éliminatoire qu'il réussit, ainsi que quelques adolescentes et adolescents qu'il connaît plus ou moins. Plusieurs ont la même professeure, Mme Selma Lynge, une ancienne concertiste à la réputation exceptionnelle, qui a abandonné sa carrière pour se marier et avoir des enfants. Aksel a repéré une jeune fille qui lui plaît, Anja Skoog, la fille d'un neurochirurgien connu ; le jour de l'épreuve elle apparaît et semble réussir parfaitement. Et pendant longtemps, elle garde son mystère...

Roman d'initiation puisque le jeune héros devient un homme adulte après avoir vécu un certain nombre d'expériences autour de la vie, la mort, l'amour, les questionnements existentiels et les choix d'avenir, ce livre bien écrit retrace les émotions et les doutes qui nous ont tous parcourus entre 16 et 18 ans ; mais dans ce milieu de concours musicaux de très haut niveau, on joue le tout pour le tout à un très jeune âge, et certains adultes, parents, professeurs et impressario jouent un rôle inconvenant et peu respectueux de la personnalité des jeunes artistes.

Une belle lecture !

Extrait (p 130) : " J'entame les tierces grêles. En ré majeur. L'une de mes gammes préférées car pleines de tensions internes et qui a le secret de susciter l'attention, la curiosité du public. Debussy savait ce qu'il faisait. Les sentiments montent en moi, je le sens. Oui, je me sens en accord, en communion, j'ai les sens en éveil. Car au bout du compte, je joue pour gagner. Je ne dois surtout pas l'oublier. C'est ce qu'escompte le milieu. Le contraire relèverait du scandale. J'ai répété chaque jour plus longtemps que n'importe quel adolescent que je côtoie de près ou de loin. La musique est devenue une passion dévorante, une désespérance..."